21/09/2014

Formation "Jouer et déchiffrer" à Grenade

Voilà nous bien arrivé-e-s dans le village Trasmulas près de Grenade. Notre formation à commencé hier matin avec des jeux de connaissance, des explications sur l'hébergement, la "Chora des Trasmulas", un lieu construit avec l'aide des bénévoles en éco-construction - et bien sur avec des pauses sur la terrasse avec une vue magnifique sur la Sierra Nevada ! 

C'est du sérieux: A peine arrivé en Espagne, l'équipe française se lance dans la thématique de la semaine : Le jeu !


La "Chora des Trasmulas", un projet en construction


 Atelier sur la terrasse




17/09/2014

Yadra by Gabriel

C'était hier, c'était il y a cinquante ans. 

Hier, dans la salle de conférence de l'Alcazar redevenue salle de spectacle, YADRA, une création théâtrale franco-germano-algérienne réalisée par une trentaine de personnes, artistes professionnels et amateurs curieux qui, durant quatre phases de rencontre, entre Marseille Berlin et Oran, se sont découverts puis retrouvés, groupe formé, pour avancer. 

Avancer parce qu'en 2012, lorsqu’à démarré le projet, cela faisait tout juste cinquante ans qu'avaient été signés d'une part les accords d’Evian mettant fin à la guerre d'Algérie, de l'autre les statuts de l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ). Un office toujours actif des deux côtés du Rhin, passerelle d'échanges et d'expériences pour que se réconcilient durablement les peuples, que s'inter-tissent les mémoires avec au cœur l'accord d'un plus jamais.

Si l'amitié franco-allemande est désormais solide, nos limites frontalières fondues aux échanges quotidiens et nos deux pays devenus colonne vertébrale européenne, qu'en est-il cependant des rapports franco-algériens ? 

Métis, nos sangs, nos histoires et nos mémoires sont liées, mais que savons-nous de l'un, de l'autre, de chaque côté de cette Méditerranée dont les bords s'éloignent encore sous les discours néfastes et les pêle-mêle confus, dans le dédale des jours, des rues et des imaginaires où croupissent encore des nappes de non-dits, des tensions et d'autres mythes sans fondements que la rencontre ne demande qu'à lever. À quand la création d'un Office Franco-Algérien pour la Jeunesse ? C'est ce qui est demandé, et pour le faire exister, YADRA nous le démontre, il y a provision d'énergie, réel désir sourires.






Quelqu'un citait Flaubert hier : « le passé nous tourmente, le futur nous inquiète, et le présent nous échappe ». 

Alors répondre que s'échappe du présent les tourments du passé pour un futur fécond. YADRA hier c'était l'échappement, le présent libéré.
 
Si le présent fait la mise en jeu des temps, YADRA a mis en jeu nos corps et nos cultures, algériennes, allemandes, françaises, et c'était charivari des langues, géographie retournée les Nords les Suds inversés flux migratoires biaisés, humour à l'eau écarlate pour faire rougir les technocrates, discours d'un cabinet à l'autre sur ministères de faïence pour tirer la chasse aux constipations...Et puis se souvenir encore les chants et le public touché, et les anecdotes qui font mouche parce qu'on s'y reconnaît, et ce gros désir longtemps tenu de rire ensemble sans retenue, voilà !

Les membres réunis du projet YADRA ont su mettre du jeu au fil des échanges, créer ensemble par-delà les langues, les cultures et la distance un pôle rayonnant qui dit, c'est déjà loin cinquante ans, mais en avant, encore en avant. Et ce qu'on voit, c'est mise en rire, mise en relation, c'est que les corps sont là, vivants, pleins de bonne volonté devant les discours qui ne s'écrivent pas aussi vite que les rencontres ne se font, devant les politiques qui ne comprennent pas l'optimisme de nos vouloirs, ou qui les masquent et qu'on refuse. Cet hier, manifestation vive des semaines passées représentait tout l'enjeu de notre devenir ouverts, et de la salle à la scène, ce qui passait ce qu'on vivait, il faut en parler aujourd'hui, les faire tourner, ils sont devenus maintenant témoins de possibilité.

Mais YADRA, YADRA, c'est dans ton nom, « qu'en sera-t-il ? ».
 
G.T.

Yadra! C'est 30 jeunes d'Algérie, d'Allemagne et de France, YADRA c'est un cri qui vient du cœur et qui évoque le besoin d'amour et de partage! Soutenez le projet, que nous souhaitons voir continuer, en vous rendant sur KissKissBankBank, le site de Crowdfunding en cliquant ICI


Yadra by Adam

Der Saal ist voll. Vor mir und hinter mir sitzt eine Vielzahl von Nationalitaeten mit verschiedenen Religionszugehoerigkeiten und Hautfarben. Fuer mich ist das sehr neu, weil man da wo ich herkomme (Dresden) nicht viel von multikulturellen Leben "erleben" kann. Mal ein tuerkisches Restaurant hier und ein Italiener um die Ecke da, das war es dann aber auch. Dass das in Marseille anders ist merkt man schon wenn man den Bahnhof bei Ankunft in der Stadt betritt. Wie gesagt, total anders war es dann auch nicht im Auffuehrungssaal im Alcazar. Die bunte Menge wartete auf den Auftritt der deutsch franzoesisch algerischen Yadra Truppe bis dann schliesslich das Licht ausging und eine Gruppe verkleideter Personen anfing durch die Gaenge zu schleichen.

Une rêve exprimé par grand écran
La salle est pleine. Devant moi et derrière moi est assis une pluralité de nationalités, de gens, de religions et de couleurs différentes. Pour moi, c'est trop nouveau, parce qu'on n'a pas beaucoup de multiculturalité d'où je viens (Dresde, Allemagne). On peut trouver des restaurants turcs ou italiens mais c'est tout. C'est vraiment différent à Marseille, et c'est clair dès qu'on arrive sur le quai de la gare. Comme je l'ai dit, ça n'était pas autrement dans la salle de présentation à l'Alcazar. La foule colorée attendait l'apparition de la troupe franco-algérienne-allemande (Yadra) jusqu'à ce que les lumières s'éteignent. Peu après, un groupe déguisé s'approchait en silence du public pour chuchoter dans quelques oreilles des rêves pour un avenir meilleur.

"sous-titre" en allemand et français
Jeder einzelne fluesterte manchen aus dem Publikum seinen Traum von einer toleranteren Welt ins Ohr. Einmal durchgelaufen, ging das Licht wieder an und das Stueck begann. Leider habe ich nicht viel verstanden, da das Stueck zum Grossteil auf franzoesisch war und die Franzosen noch viel zu schnell fuer mich sprechen. Aber was ich verstehen konnte war, dass jeder einzelne Darsteller, hier Raum fand, um seine Botschaft fuer eine bessere Welt freiwerden zu lassen. Ob in Form von einer Komoedie, einem Interview oder einer Auffuehrung einer alternativen Gegenwartgeschichte, in der Afrika reich und Europa arm ist. Alles in allem hat mich das Stueck zum Nachdenken gebracht, nicht zuletzt auch wegen der Idee einer 14,4 km langen Bruecke an der Meerenge von Gibralter. Komisch das man trotz der technischen Moeglichkeiten, bis heute nicht daran gedacht hatte die zwei Kontinente per Landweg zu verbinden...

standing ovation à la fin
Il s'agissait de souhaits et d'idées pour un meilleur avenir. Après ça la lumière s'allumait et la pièce de théâtre commençait. Malheureusement je n'ai pas compris beaucoup, parce que la majeure partie était en français et les français parlent encore trop rapidement pour moi! Mais ce que je pouvais comprendre, c'était que chaque acteur avait ici l'espace pour son message. Que ce soit dans la forme d'une comédie, d'un interview ou d'une performance. En tout cas, le spectacle m'a fait réfléchir, notamment à cause de l'idée d'un pont de 14,4 km de long au détroit de Gibraltar, et l'idée d'un futur alternatif dans laquelle l'Europe se trouve pauvre et l'Afrique se trouve riche... Bizarrement on n'a jamais essayé de faire une connexion terrestre entre les deux continents...

Discussion avec l'auditoire après le spectacle

Yadra! C'est 30 jeunes d'Algérie, d'Allemagne et de France, YADRA c'est un cri qui vient du cœur et qui évoque le besoin d'amour et de partage! Soutenez le projet, que nous souhaitons voir continuer, en vous rendant sur KissKissBankBank, le site de Crowdfunding en cliquant ICI

16/09/2014

Journée européenne des langues 2014

RETROUVEZ-NOUS (ET BIEN D'AUTRES ENCORE) LE 26 SEPTEMBRE POUR LA JOURNÉE EUROPÉENNE DES LANGUES!! Au CRIJPA, au kiosque de la Canebière et dans la rue!

LES TEMPS FORTS DE LA MANIFESTATION :

Vous pourrez participer aux activités sur les langues du matin (inscription auprès d'Itinéraire International pour les activités du matin uniquement), de l'après-midi et recueillir le témoignages de nombreux jeunes volontaires ayant bénéficié de programmes de mobilité internationale. Ils sont revenus changés de leur séjour à l’étranger, et dotés d’une meilleure compétence en langue, ils ont trouvé du travail une fois revenus à Marseille. 

Une conférence sera organisé à 16h30 au Palais de la Bourse, vous pourrez interviewer des experts en politique linguistique et des responsables RH d’entreprises internationales installées sur le territoire. Le thème portera sur : Parler une autre langue ? Pourquoi pas mais qu'est ce que j'y gagne ?

Un apéritif linguistique aura lieu à 18h au Kiosque, l'occasion de découvrir différentes langues. L'apéro langues sera suivi du concert des Woodman Beatbox et DJ Set de Waterproof pour clôturer cette journée !


Bonjour! Je suis le nouveau.

Salut, 
je m'appelle Adam, j'ai 18 ans et je viens d'Allemagne. Ce été j'ai fini le lycée et j'étais récemment encore à la recherche d'une occupation pour l'avenir. Faire ses études n'était pas une solution pour moi, parce que j'ai juste quitté l'école et je n'avais aucune idée de ce que je voulais étudier. C'est pourquoi j'ai cherché une possibilité d'aller loin de chez soi. En dehors de l'école et des amis je voulais découvrir un nouveau pays et une nouvelle langue. Cela devait être un pays au sud, parce que je voulais en même temps fuir le mauvais temps d'Allemagne. En recherchant une possibilité de vivre à l'étranger, plusieurs possibilités ont apparu (work and travel, au pair, VFA écologique etc.). AU final, j'ai rencontré par hasard une organisation partenaire (BIQ Berlin) d'UTC qui m'a proposé un volontariat chez eux. Peu après j'avais un entretien d'embauche bilingue avec Rafik, le directeur d'UTC et j'étais accepté. Tout de suite j'ai confirmé, parce que les tâches me plaisaient et Marseille sonnait trop bien. Puis je suis arrivé à Marseille le 11 septembre et je vais faire ici un volontariat pour un an. Aujourd'hui, c'est ma première journée de travail et ma mission c'est d'écrire mon portrait. Alors, ici je suis. Prêt à découvrir Marseille et ses gens!